La pratique du shintaïdo est-elle bonne pour la santé ?

 

La première question que l’on devrait se poser est : qu’est-ce que la santé ? Puis, qu’est-ce que la santé pour soi ? Je pense qu’il est important de dissocier les deux questions pour la suite.

Un autre questionnement peut survenir également : que puis-je faire pour comprendre ma santé chaque jour ? Et, au fur et à mesure que le temps passe, que puis-je faire pour trouver ma forme, forme de corps, de pensée et de cœur ?

Cela nous ramène alors à la question centrale : qu’est-ce que le shintaïdo ?

 

Le shintaïdo, créé par maître Aoki, peut répondre et contribuer à cela, non pas aux réponses de chacun, mais à faire en sorte que chacun puisse garder, retrouver ou améliorer puis enfin partager sa santé (ne dit-on pas « A ta santé ! » ?). Quant aux réponses, elles viendront naturellement et alors l’expression de Juvénal : Mens sana in corpore sano (Un esprit sain dans un corps sain) prendra tout son sens.

Et le shintaïdo ? Littéralement « Nouvelle voie du corps », permet à travers les mouvements d’approcher son corps dans toutes les dimensions, et plus encore, afin de lui permettre de participer à la santé de soi, de tous, et plus encore de l’Univers. A travers ces mouvements, nous pouvons libérer des tensions, bouger un peu plus librement et surtout communiquer avec nos semblables dans un élan tourné vers la joie, la beauté, l’étude, et la communion.

Aoki sensei dit que l’on devrait apprendre à communier, à ne faire qu’un, avec le Tout.

 

La santé ne peut être dissociée et ne peut être prise séparément du Tout.

Par notre pratique, nous pouvons tourner notre regard vers l’intérieur comme vers l’extérieur et alors commencer à comprendre que la santé n’est pas une chose à négliger. Bien au contraire nous réalisons qu’elle est à privilégier.

Le shintaïdo est un ensemble unique de mouvements permettant d’utiliser le corps comme moyen d’expression et de communication.

 

 

 Le shintaïdo, une pratique de santé ?

La médecine chinoise et diverses techniques de soins issues de cette tradition ont inspiré au fondateur du shintaïdo des mouvements qui favorisent la circulation de l’énergie et donc, le mieux-être. La pratique du shintaïdo développe la tonicité du corps, sans tension musculaire. Les exercices, qui utilisent la voix et le souffle, apprennent aux pratiquants à bien réguler leur respiration.

 

 

                                                                                                                  Michel Paollilo